Vacances d'horreur

Vacances d’horreur

 

Par une soirée d’hiver, j’étais dans le train, fatigué par le voyage, il faisait déjà nuit dehors. J’avais loué une maison, située au 17 rue de la mort.

J’ouvris la grande porte en bois et pénétrai dans la maison, il faisait très sombre. Dans le hall d’entrée, il y avait de belles armures exposées. A peine eusse posé mon pied sur le parquet, qu’il se mit à grincer. Une ambiance très inquiétante s’installait peu à peu. J’allumai une bougie et me dirigeai vers le haut. J’avais l’impression qu’on me suivait. Je fis la visite de quelques chambres avant de redescendre dans le grand salon.

Tout à coup la porte se ferma toute seule derrière moi. Toutes les lumières s’allumèrent et s’éteignirent toutes seules, créant une ambiance fantastique. Je m’assis sur une chaise, aussitôt elle se mit à bouger, elle aussi, toute seule, dans un rythme infernal. Un yukulélé, sorti de nulle part, se mit à suivre ce rythme infernal. Peu de temps après, d’autres instruments jouèrent et cela créa un orchestre symphonique. Le squelette d’Aladin arriva sur un tapis volant du grenier et dirigea cet orchestre avec une baguette qui ressemblait étrangement à un os. Un Tamtam entra en scène, fit un solo et disparu soudainement. Tous les instruments, à leurs tours, disparurent et les lumières s’éteignirent laissant juste une petite bougie. Je me retrouvai alors seul. Effrayé, je voulus m’enfermer dans une chambre. Là je vis les armures de l’entrée qui montaient dans les escaliers dans un grincement assourdissant. Lorsque j’eus atteint la chambre, tout s’arrêta brutalement.

J’ouvris doucement la porte et je vis toutes les armures qui me menaçaient. Guidé par la peur, je fermai la porte à clef. Je courus vers la fenêtre et sautai. Je crus mourir, quand un aigle arriva et me prit dans ses serres. Il m’emmena en haut d’un arbre et partit. J’essayai de descendre mais mon pied glissa. Je fis une lourde chute mais avant de toucher le sol, je repris connaissance dans mon lit. Mon réveil en sonnant venait de me faire sursauter.

Terrorisé, je pris la décision de rentrer en France. Que s’était-il passé ? Avais-je rêvé ou était-ce la réalité ?

Antoine et Matthis

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×