Voyage à Londres

Voyage à Londres

J’étais à Londres par une après-midi pluvieuse. Là je pris un taxi me menant au château de ma tante. Cette demeure, par son immensité, me fit trembler de frayeur. Fatigué de mon voyage, je pris mon courage à deux mains et j'allai appuyer sur cette sonnette dont le bruit était étonnant. Ma tante Anne m'accueillit et me fit visiter ma chambre. Extenué de mon long périple, je m'endormis.

Pendant mon sommeil,  j'entendis de la musique provenant de la cave, je décidai à aller voir ce qu'il se passait et j'entrai dans celle-ci. A ce moment là, un sentiment de frayeur m’envahis. Je vis des momies, d'une époque très ancienne, aux bandages sales, déchirés… sortant de leurs vieux lits abîmés par le temps. Ces drôles de personnages, comme toutes les nuits, allaient danser dans les souterrains de ce château si étrange.

Bientôt minuit sonna et toutes les momies commencèrent à danser. A ce moment là, une jeune momie m'invita à danser. Même si celle-ci était recouverte de bandages blancs, cette jeune femme était la plus belle de toutes. Elle avait un collier incrusté d'émeraudes et de rubis aussi beaux que ses yeux qu'on apercevait entre ses vieilles bandelettes. Une vielle  momie me contemplait en train de danser avec cette magnifique femme. Cette dernière me dit : « votre prétendante est la princesse Cléopâtre ! ». Après cette révélation, je tombai par terre. Moi danser avec la princesse, c'est incroyable ! Toute la soirée je n’arrêtais pas de valser avec cette jolie dame. Mais, quand l'horloge retentit, la musique s'arrêta, les momies ne bougeaient plus, la reine de mon cœur me fixait d'un regard si triste que je compris que cette soirée était, à présent, finie. D'un seul coup toutes les personnes recouvertes de bandages repartirent dans leurs sarcophages et tout ce que j'avais vécu pendant cette soirée s'effaçait, au fur et à mesure que ma Cléopâtre s'éloignait de moi

Tout devient noir, je me réveillai auprès de ma tante et je me mis à l’observer. D'ou j'étais, son nez me paraissait énorme. Elle s’éveilla et me dit:

- Mais que fais-tu là ? Que s'est-il passé ?...

- Je ne sais plus, tout est flou, je ne me rappelle de rien.

Enfin si, je me souvenais juste de cette fille, dans cette cave, la nuit dernière. Mais je ne voulais pas le dire à ma tante.

Une fois le petit-déjeuner pris, je décidai de retourner dans cette cave si étrange et, à ma plus grande surprise, j'aperçus un vieux drap plein de poussière, grisé par le temps et qui cachait une chose magnifique. D'un seul coup je tirai, avec toute ma force, cet objet qui cachait mon trésor. A mon grand étonnement je reconnus le collier incrusté d'émeraudes et de rubis de Cléopâtre, déposé sur une grande table. Je le pris et disparus.

Amandine et Marie-Aliénor

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 02/04/2016